Code de vie
Notre école | Code de vie

Raison d’être

Je suis inscrit à l’école Frère-André et j’ai le droit à une éducation de qualité.  Je viens à l’école pour continuer l’éducation franco-catholique commencée à la maison.  J’accepte de grandir et d’apprendre dans une école catholique de langue française.  Pour y arriver, je dois suivre certaines règles de conduite telles que:

1.            Respect de l’autre

1.1        Je respecte les autres élèves, les enseignants(es) et les adultes qui travaillent dans l’école.  Je suis poli envers eux dans mes paroles, mes gestes et mon attitude.

1.2        Je laisse à chacun l’occasion de parler, de choisir ou de mener un jeu quelconque.

1.3        J’utilise un langage convenable à l’intérieur et à l’extérieur de l’école.

1.4        Je m’abstiens de créer la discorde parmi mes camarades.

1.5        Je m’abstiens de blesser les autres par des gestes violents ou par des paroles qui peuvent blesser.

1.6        J’inclus tous les camarades de classe aux activités ou aux groupes.

1.7        J’évite les comportements qui peuvent nuire à l’apprentissage des autres.

1.8        Je m’engage de parler en français à l’intérieur et à l’extérieur de l’école en tout temps à l’exception des périodes d’anglais.

2.            Respect des biens communs et des biens des autres

2.1        Je respecte le bien des autres en demandant permission pour m’en servir avec soin.

2.2        Je suis responsable de l’entretien du matériel scolaire qui m’est prêté tel que: manuels scolaires, livres de bibliothèque, cahiers d’exercice, etc.  Pour tout matériel détruit ou perdu, j’accepte la responsabilité de le remplacer.

2.3        Je respecte l’environnement dans lequel je travaille que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’école.

2.4        Je m’abstiens d’utiliser à l’école tout équipement numérique ou digital, incluant le  téléphone cellulaire.

3.            Travaux scolaires

3.1        Je suis conscient que je dois compléter mes travaux scolaires selon l’échéance fixée par l’enseignante et selon la politique de devoirs.

4.            Présence et ponctualité

4.1        J’arrive à l’école entre 9 h et 9 h 15.

4.2        Si je suis en retard, je me présente au bureau avant d’aller en classe.

4.3        Je ne peux quitter le terrain de l’école sans une permission écrite de la part d’un parent et approuvée par la direction ou la personne désignée.

4.4        Lors d’une sortie éducative à l’extérieur de l’école, je dois suivre les mêmes règlements qu’à l’école.

5.         Tenue vestimentaire

En me rappelant que l’école est un lieu de travail et d’apprentissage:

5.1        Je  m’habille de façon convenable.

5.2        Je ne porte pas de vêtements de plage ou de vêtements à messages ou images vulgaires.

5.3        La direction et le personnel décident si le vêtement est convenable ou non.

5.4        À partir de la 4e année, le port d’espadrilles et des vêtements convenables pour le sport (culottes courtes, t-shirt ou ensemble de jogging) est obligatoire.

5.5        Les bretelles spaghettis et les chemises trop courtes (qui ne cachent pas le nombril) ne sont pas permises.

5.6        Le bas des culottes courtes ou de la jupe devrait être à mi-cuisse ou plus long.

5.7        Le port de la casquette et du bandana n’est pas permis à l’intérieur de l’école.

5.8        Tout ce qui est bijoux doit complimenter l’habillement et ne doit pas porter un risque quelconque à la santé ou à la sécurité de l’individu et (ou) d’autrui.

5.9        Le soulier doit être lacé ou avoir une courroie afin que le pied soit fermement caressé par le soulier.  Les souliers à roues ou sans courroie ne sont pas permis.

6.         Rôle des parents à la maison

Les parents ont un rôle important à jouer dans l’apprentissage de leur enfant. Ils sont fortement encouragés à aider leur enfant en valorisant la langue et la culture françaises, en aidant à faire les devoirs à la maison, en assistant aux réunions de parents et en participant aux activités du conseil d’école.

Voici quelques suggestions pour aider votre enfant dans son cheminement. 

  • demandez-lui de vous raconter sa journée;
  • regardez la télévision française avec lui et discutez de ce que vous avez vu;
  • encouragez-le à emprunter des livres  la bibliothèque municipale  ou de l’école et à lire en français;
  • discutez avec lui de ce qu’il a lu;
  • encouragez-le à vous montrer les travaux d’école dont il est fier;
  • guidez-le dans son choix de programmes de télévision/Internet;
  • encouragez-le à s’intéresser à d’autres activités;
  • assurez-vous qu’il dorme suffisamment pour pouvoir profiter pleinement de sa journée scolaire;
  • assurez-vous que sa boîte à dîner contienne des aliments sains plutôt que des friandises;
  • assurez-vous de mettre à sa disposition un endroit tranquille bien disposé pour compléter ses devoirs;
  • mettez à sa disposition des livres, revues, disques, dictionnaires français.

7.         Comment peut-on accompagner son enfant dans ses devoirs et ses leçons?

  • Planifiez l’horaire d’étude avec l’enfant. La feuille de route des devoirs est disponible au site web de l’école. Fixez avec lui ce qu’il doit prévoir compléter lundi, mardi, mercredi et jeudi.
  • Déterminez avec l’enfant un lieu d’étude approprié.
  • Encouragez l’enfant dans ce qu’il fait, valorisez-le, identifiez avec lui ses forces et ses défis.
  • Fixez ensemble des objectifs à court terme à relever avant l’échéance de deux semaines. Ex: D’ici deux semaines, je vais lever ma main une fois par jour pour partager mon opinion en classe.
  • Laissez-le seul pour travailler pendant une période donnée.
  • Intervenez directement, selon les besoins et les circonstances.
  • Informez-vous de son vécu scolaire et demandez-lui de verbaliser son plan de travail à la maison.
  • Regardez ses cahiers et ses travaux et émettez un commentaire positif.
  • Créez dans la maison un climat propice aux études.
  • Offrez votre aide pour écouter une lecture ou une prière, pratiquer ensemble les additions, soustractions, multiplications et divisions, critiquez une production écrite, donnez des pistes pour démarrer une activité.
  • Guidez l’enfant dans la réalisation de son projet personnel.
  • Soyez disponible pour vivre avec votre enfant un devoir à caractère d’ordre différent: partie d’échecs, discussion sur un thème d’actualité, préparation d’une recette, réalisation de mots croisés, lecture du journal quotidien, émission de télévision à un poste français, rédaction d’une prière.

8.        Règlements de sûreté et de comportement – transport par autobus scolaire

Le transport scolaire est un privilège et non un droit.  Il est donc important de suivre les règlements de sécurité en lien avec ce transport.

  • Je me rends à l’arrêt désigné à l’heure, soit cinq à dix minutes avant l’arrivée de l’autobus.  Les horaires d’autobus ne permettent pas qu’on attende les élèves en retard.
  • Je me tiens bien à l’écart de l’endroit d’embarcation.
  • Je monte et je descends calmement de l’autobus.
  • Je reste assis dans mon siège.
  • Je me lève seulement lorsque l’autobus est arrêté.
  • Je parle à voix basse avec mes camarades de banc.
  • Je m’abstiens de sortir une partie de mon corps ou de jeter un objet par la fenêtre.
  • Je m’assure de garder l’allée de l’autobus libre de toute obstruction.
  • Je m’abstiens de manger, de boire et d’utiliser un langage inconvenant.
  • Je respecte le bien-être des autres élèves en évitant les bousculades.

Le chauffeur est responsable de l’autobus et des élèves.  Veuillez respecter ses instructions. L’élève est responsable auprès de la direction d’école en ce qui a trait au comportement dans l’autobus.  Puisque le service de transport est un privilège et non un droit, les manquements aux règlements ci-dessus entraîneront les conséquences suivantes sur réception d’un rapport écrit de la part du chauffeur.

Première infraction:                    Rencontre possible avec la direction pour revoir les règlements. Avis envoyé aux parents.

Deuxième infraction:                   Rencontre avec la direction suivi d’un avis aux parents.

Troisième infraction:                   Possibilité de retrait de privilèges d’autobus scolaire pour une période de temps à la discrétion de la direction d’école.

9.    Discipline progressive

La discipline progressive est une démarche qui: 

  • s’appuie sur un continuum d’interventions, d’appuis et de conséquences;
  • tire parti de stratégies encourageant un comportement positif;
  • vise à corriger des comportements inappropriés chez les élèves et à prendre appui sur les stratégies (décrites ci-dessous) encourageant des comportements positifs;
  • implique toute l’école;
  • implique activement les parents;
  • tient compte de tous les facteurs atténuants.

En cas de comportement inapproprié, les mesures disciplinaires à appliquer s’inscrivent dans un cadre qui prévoit une intervention comportant des mesures correctives et un appui.

Dans certains cas, une suspension de courte durée peut s’avérer utile. S’il s’agit d’un incident grave, une suspension à long terme ou un renvoi, prévu dans le continuum des mesures de discipline progressive, peut-être la seule solution.

Dans le cas des élèves ayant des besoins particuliers, les interventions, les appuis et les conséquences doivent correspondre aux points forts, aux besoins, aux objectifs et aux attentes énoncés dans le Plan d’enseignement individualisé de l’élève (PEI).  Cela étant dit, cela n’exclue pas ces élèves de possibilité de suspension ou de renvoi au besoin.

Cette approche prévoit le recours à des stratégies d’intervention précoce et régulière et des stratégies pour régler les problèmes de comportement inappropriés.

Les interventions, les appuis et les conséquences dont se sert l’école doivent convenir au  stade du développement de l’élève et comprendre des possibilités d’apprentissage permettant à l’élève de renforcer un comportement positif et de faire de bons choix.

LA STRATÉGIE DE PRÉVENTION:

 La prévention est la mise en place et l’utilisation de programmes portant, par exemple, sur la prévention de l’intimidation, la promotion du civisme et d’autres activités positives destinées à promouvoir des relations saines et des comportements appropriés. Voici certaines stratégies préventives qui peuvent être présentées aux élèves et utilisées:

  • la prévention de l’intimidation
  • les modes alternatifs de résolution de conflits
  • les relations saines et habitudes saines
  • le leadership des élèves
  • l’empathie
  • la justice réparatrice, (gestes réparateurs)
  • la médiation par les pairs
  • les programmes Vers le pacifique, l’École au cœur de l’harmonie, ou autre
  • les histoires sociales

LA STRATÉGIE D’INTERVENTIONS PRÉCOCES ET RÉGULIÈRES :

Des interventions précoces et régulières peuvent s’avérer nécessaires pour maintenir ou encourager un comportement positif et/ou traiter les causes sous-jacentes d’un comportement inapproprié.  Voici des exemples d’interventions précoces et régulières:

INTERVENTIONS PRÉCOCES INTERVENTIONS RÉGULIÈRES
  • examen des attentes (code de vie, etc.)
  • discussions de groupe et rappels verbaux
  • un devoir écrit comprenant un élément d’apprentissage
  • une rencontre journalière avec une personne en autorité (enseignante, surveillante, direction)
  • système de récompense
  • période de réflexion
  • contact avec les parents 
  • rencontre avec les parents
  • bénévolat dans la communauté scolaire
  • séances de médiation de conflit
  • mentorat entre élèves
  • envoi  à un service de counseling

 

LA STRATÉGIE POUR RÉGLER DES PROBLÈMES DE COMPORTEMENT INAPPROPRIÉ

En cas de comportement inapproprié, l’école a recours à tout un éventail d’interventions, d’appuis et de conséquences qui conviennent au stade de développement de l’élève et lui permettent de se concentrer sur l’amélioration de son comportement.  Les conséquences peuvent comprendre:

  • des retraits de privilèges
  • des retenues
  • un communiqué ou un appel à la maison
  • une rencontre avec les parents, l’élève et le titulaire de classe (avec ou sans la direction)
  • une orientation vers un programme scolaire ou communautaire spécialisé dans la gestion de la colère ou la toxicomanie

SUSPENSION D’UN ÉLÈVE

L`école catholique de langue française est un milieu d’apprentissage sain, respectueux et sécuritaire pour les élèves, le personnel et les visiteurs et qui reflète les valeurs de l`Évangile.

Elle vise à garantir le respect intégral des règlements et du code de conduite de l’école, lesquels mettent l’accent sur l’estime de soi, l’autodiscipline et le respect d’autrui, à la manière de Jésus.

La suspension se veut une conséquence positive pour l’élève. Elle peut encourager l’élève à réfléchir à son comportement et à s’autoévaluer et informer ses parents des ressources, services et appuis disponibles.

Un élève peut ou doit être suspendu s’il s’est livré à l’une ou l’autre des activités suivantes pendant qu’il se trouvait à l’école ou qu’il prenait part à une activité scolaire (même hors du terrain scolaire), ou dans d’autres circonstances où le fait de se livrer à l’activité aura des répercussions sur le climat scolaire.

 

Activités pouvant donner lieu à une suspension

Activités donnant lieu à une suspension

P1.  Menacer verbalement d’infliger des dommages corporels graves à autrui;P2.  Être en possession d’alcool ou de drogues illicites;P3.  Être en état d’ébriété;

P4.  Dire des grossièretés à un enseignant ou à une autre personne en situation d’autorité;

P5.  Commettre un acte de vandalisme qui cause des dommages importants  aux biens scolaires de l’école ou aux biens situés sur les lieux de celle-ci;

P6.  Pratiquer l’intimidation;

P7.  Se livrer à une autre activité pour laquelle la direction de l’école peut suspendre un élève aux termes d’une politique du conseil.

S1.  Être en possession d’une arme, notamment d’une arme à feu;S2.  Se servir d’une arme pour infliger ou menacer d’infliger des dommages corporels à autrui;S3.  Faire subir à autrui une agression physique qui cause des dommages corporels nécessitant les soins d’un médecin;

S4.  Commettre une agression sexuelle;

S5.  Faire le trafic d’armes ou de drogues illicites;

S6.  Commettre un vol qualifié;

S7.  Donner de l’alcool à un mineur;

S8.  Se livrer à une autre activité qui, aux termes d’une politique du conseil, est une activité pour laquelle la direction de l’école doit suspendre un élève et donc mener une enquête conformément à la présente partie, pour établir s’il doit recommander au Conseil de renvoyer l’élève.

La suspension n’excède pas 20 jours pour une infraction passible d’une suspension.  La suspension peut:

  • influencer le comportement, car elle éveille l’élève aux comportements inacceptables;
  • indiquer clairement aux parents que ce genre de comportement est inacceptable;
  • donner le temps aux élèves de réfléchir avant la résolution de conflits lorsque plus d’un élève est impliqué;
  • encourager les élèves et les parents  à demander de l’aide;
  • sensibiliser le personnel de l’école aux besoins d’observation, d’appui et d’intervention continus.

CONTRER L’INTIMIDATION

Définition d’un conflit:

Une dispute ou une bataille pour régler un désaccord entre deux ou plusieurs personnes.

Définition de l’intimidation:

Un comportement agressif et répétitif d’une personne envers une autre ayant une intention de porter atteinte ou de faire du mal.  L’intimidation est un déséquilibre de forces, un abus de pouvoir; un comportement physique ou verbal; un acte intentionnel et réfléchi dont l’objectif est destiné à blesser ou à mettre l’autre mal à l’aise.

Définition d’un “porte-panier”:

Un élève qui rapporte tout incident à un adulte qui n’a aucun rapport à lui, afin de causer des ennuis à un autre élève.

Définition d’un témoin responsable:

Un élève qui est présent lors d’un acte et qui dénonce la situation à un adulte afin d’aider un autre élève.

L’intimidation peut revêtir plusieurs formes.  Elle peut être:

  • physique: coups, bousculades, vol ou bris d’effets personnels
  • verbale: insultes, moqueries, remarques sexistes, racistes ou homophobes
  • sociale: exclusion de personnes d’un groupe ou rumeurs ou ragots
  • électronique (cyber-intimidante): rumeurs et remarques blessantes propagées par courriel, téléphone cellulaire et message textuel.

Stratégies de prévention d’intimidation:

 L’école élémentaire catholique Frère-André a mis en place des stratégies pour prévenir l’intimidation:

  • Révision du code de conduite de l’école dès la première semaine d’école.
  • Révision annuelle des stratégies Vers le pacifique ou l’École au cœur de l’harmonie avec les élèves de l’école.
  • Mise en place d’activités de leadership des élèves.
  • Rencontres du comité EASE formé d’élève, de parent, et de membre du personnel.
  • Discussions ouvertes de l’intimidation en classe et compréhension de notions importantes telles que le respect, les sentiments des autres, l’amitié.
  • Discussions régulières en classe d’actions positives et à améliorer; jeux de rôles et  conseil de coopération.
  • Fiches signalétiques (en lien avec le conseil de coopération pour les plus vieux.)
  • Activités complémentaires insérées dans l’agenda scolaire.

Voici quelques conseils que nous enseignons aux élèves pour contrer l’intimidation:

  • Quitte la scène d’intimidation.
  • Ne rends pas les coups, ne répond pas, ni verbalement, ni par courriel.
  • Explique ce qui s’est passé à un adulte en qui tu as confiance – un enseignant, un surveillant, un aide-enseignant, le chauffeur d’autobus, une secrétaire, tes parents.
  • Parles-en avec tes frères et sœurs ou avec des amis pour que tu ne te sentes pas seul.
  • Trouve un ami qui accepte de rester avec toi quand tu ne te sens pas en sécurité.
  • Remplis une fiche signalétique et remets-le à ton enseignant(e) ou à la direction d’école.
  • Téléphone Jeunesse, J’écoute au 1-800-668-6868 ou visite son site Web  à www.jeunessejecoute.ca/fr/informed/intimidation/default.asp.

En aidant votre enfant à résoudre le problème de l’intimidation avec l’école, vous lui montrez l’exemple.

 Mon enfant a subit de l’intimidation.   Que devrais-je faire?

  • Écoutez votre enfant et dites-lui que ce n’est pas de sa faute.
  • Établissez la nature des faits avec exactitude: consignez par écrit ce qui s’est passé et quand cela s’est produit.
  • Aidez votre enfant à distinguer entre dénoncer quelqu’un et signaler un incident. Expliquez-lui que signaler un tel incident exige du courage et qu’il ne s’agit pas de créer un problème pour un autre élève, mais de protéger l’ensemble des élèves.
  • Prenez rendez-vous avec son titulaire de classe.  Aussi difficile que cela puisse être, essayez de rester calme, de façon à pouvoir aider votre enfant et à élaborer un plan d’action.
  • Persévérez.  Surveillez le comportement de votre enfant.  Si vos réunions avec le personnel scolaire ne mettent pas fin à l’intimidation, parlez à la direction et revoyez ensemble le plan d’action.
  • Parlez au moniteur ou à l’entraîneur si l’intimidation se produit durant les activités parascolaires ou sportives.
  • Communiquez avec la police si votre enfant est menacé dans la communauté plutôt  qu’à l’école.

 Mon enfant fait de l’intimidation auprès des autres.  Que devrais-je faire?

Les enfants qui intimident d’autres personnes le font parfois après des changements, une perte ou une déception importante ou encore s’ils ont été victimes d’intimidation.  Votre enfant a-t-il récemment été confronté à ce type de situation?

Réfléchissez à la façon dont les problèmes et les conflits sont gérés à la maison.  Les membres de votre famille sont-ils solidaires lorsque de telles questions sont évoquées?  La meilleure façon de dissuader un enfant d’en intimider un autre consiste à être un bon modèle pour lui et à lui montrer comment surmonter des difficultés sans être violent ni agressif.

  • Il faut absolument dire et répéter que l’intimidation est répréhensible.
  • Répétez-lui “Que ferait Jésus?”
  • Discutez avec l’enseignant de votre enfant.
  • Élaborez avec l’enseignant un plan d’action pour aider votre enfant.
  • Recourez à un service de travailleur social.
  • Si votre enfant est agressif, consultez un pédiatre ou un psychologue.

 

© 2018 École élémentaire catholique Frère-André.

Connexion